RETOUR À SOI #39: Briser les barrières pour trouver L’Équilibre (1)

Publié par

Avec les gros sujets que nous avions abordés un après l’autre, j’ai dû me reposer l’esprit et le corps. C’est pas que je suis de petite nature, au contraire, c’est que je suis en mode guérison. Je me traite à ma juste valeur, avec de la royauté par ici et de la délicatesse par là, un parfait cocktail pour reprendre confiance et m’aligner à qui je suis. Qui va le faire? Personne. Alors je le fais et j’adooore! 🥰 Je suis dans l’étape de guérison où, je commence à apprécier le processus parce que je vois des résultats. Je me sens mieux et maintenant c’est tout ce qui préoccupe mon attention: comment est-ce que je peux m’améliorer chaque jour pour être meilleure qu’hier? Si votre santé était vraiment affectée et que vous aviez rejoint le plus bas fond que vous aviez connu, c’est sûr qu’il faut y aller mollo au début. Donc, pas de pression, ni de grosses obligations. Je me traite comme personne ne peut le faire et j’aime ça. Je trouve aussi que l’écriture est super thérapeutique, c’est libérateur, chaque fois que je le fais, je réussi à passer à autres choses par la suite, mais il faut que ça sorte.

Nous n’avons pas terminé de discuter de gros sujets les amis. Pour moi, ça l’est car aujourd’hui, nous parlons de races ou de racisme…bouhou😩. J’ai toujours détesté parler de ça, tellement, que j’ai ignoré ce sujet le plus longtemps que je pouvais le faire, jusqu’à ce que ce soit carrément impossible. C’est ce qui est arrivé à tout le monde, les problèmes jamais abordés et cachés sous un tapis sont dans notre visage. Les pratiques louches dans le Noir sont rendus dans nos consciences et les blessures du passé jamais confrontées sont maintenant insupportables à conserver à l’intérieur de nous. Puisque nous sommes en Lock down, on y fait face quotidiennement. C’est difficile de ne pas se faire face quand il n’existe plus grand moyen de s’évader, n’est-ce pas?

Après en avoir parlé pendant plus de 20 ans, ce sujet ne m’intéressait plus, je considérais avoir fait le tour de la question. J’ai compris que je participais à la création de ma propre réalité alors je m’étais créé un univers où on n’en parlait pas trop, ça ne me passionne pas. Il n’y avait pas d’évolution alors je me suis dirigée vers des gens plus ouverts. Je ne suis pas née pour souffrir ou pour m’empêcher de vivre parce que mes ancêtres ont vécu de l’esclavage et pour être franche, je n’ai jamais ressenti de fortes connexions avec ces histoires passées…je sais pas…je me sens plus futuriste (un peu trop même) et lorsque je connecte avec mon passé, passé, passé genre ancestral passed due, c’est-à-dire mon origine, mon essence réel, ça n’a absolument rien à voir avec l’esclavage, c’est plus près d’une histoire de royauté que d’esclavage. En plus, dans cette vie, ce sont des personnes de la même couleur que moi qui me voulaient esclave alors…c’est sûr que mes croyances sont basées selon ces expériences que j’ai très hâte de laisser en arrière. Semblerait-il que c’est encore une grande préoccupation, j’aimerais donc vous partager ce que j’en pense en toute honnêteté et transparence.

J’aime vivre et profiter de la vie et j’essaie toujours de vivre le plus possible au moment présent pour voir ce que la vie a de bon à m’offrir. Je me suis vite séparée de ces énergies parce mon entourage avait un esprit plus étroit et parlait toujours des mêmes sujets avec la même approche et pour être franche avec vous, pour ce que j’ai entendu, les Noirs peuvent être aussi racistes que ceux dont ils disent être racistes. Quand je parle de Noirs/Blancs on s’entend que ça inclut tout le monde; le chinois, l’arabe, l’italien, l’espagnol, le grecs, les caucasiens, les africains, les caraïbéens etc…

J’ai eu la chance de rencontrer des personnes ouvertes d’esprit et curieux comme moi. J’ai eu un merveilleux copain pendant plus de 10 ans avec qui, je faisais plusieurs activités. C’était mon safe place pour m’évader de la toxicité familiale. Il n’ y avait pas trop de drame pendant cette période, juste des découvertes, des voyages et des activités. Ses amis de hockey étaient tous aussi gentils et accueillants. En milieu de travail aussi, j’ai rencontré des gens merveilleux tout comme des moins bons. Je pensais même qu’ils étaient tous sympathiques parce que pendant la première partie de ma vie, les blancs que je rencontrais étaient vraiment gentils alors que «mon monde» l’était moins, on avait cette lutte intérieure qui faisait en sorte qu’on avait de la difficulté à s’appuyer. Ce sont mêmes eux qui essayaient de m’ouvrir l’esprit sur ce qui se passait chez moi par des petits indices communiquées pas des messagers de Dieu. C’est pour cela que j’évitais ces sujets de racisme et de séparation, parce que ce n’était pas mon expérience, il y avait une hypocrisie au niveau du traitement reçu. J’avais choisis le chemin de la joie et de la découverte. Je m’étais dit, c’est pas vrai que je suis née dans le racisme et que je vais mourir là-dedans!

Cependant, ces dernières années j’ai ressenti une régression et une grande résistance parce que je voulais évoluer et je m’étais éveillée. J’avais aussi des rêves, en musique, étant une femme, noire, qui ne voulait pas vendre son âme, sans support autour d’elle, au Québec. Donc le niveau de difficulté était grand. Quand tu as un rêve et que tu commences à augmenter tes vibrations, à évoluer (parce que c’est normal d’évoluer) et ouvrir ta conscience, c’est sûr que ce n’est pas fait pour tout le monde. En effet, les gens de ton ancienne réalité commencent à disparaître de la nouvelle réalité que tu essaies de créer pour toi-même et ceci n’a rien à voir avec la couleur de peau. Pour une raison que je ne comprends toujours pas clairement, avoir un rêve dérange beaucoup les gens qui nous entourent. Peut-être parce qu’ils regrettent leur choix de vie et savent qu’ils ne feront pas le saut. Peut-être parce qu’ils ne sont tout simplement pas prêts de voir ce changement et pendant ce temps, ils projettent leur jalousie et leurs peurs sur vous, j’en ai aucune idée, c’est leur problème.

J’ai quand même tenu bon parce que c’est Dieu qui a placé ce désir dans mon cœur et que j’ai remarqué qu’ici, il n’y avait pas de Tina Turner, de Beyoncé, de Oprah, de Etta James, de Janet Jackson, de Diana Ross ou de Tyra Banks…toutes des femmes à la retraite ou qui ont transigé dans l’autre monde. Elles étaient mes plus grandes inspirations, je veux dire, j’ai grandi avec elles. Problèmes=Elles sont Américaines pas Canadiennes/Québécoises. Selon mes expériences, j’ai compris qu’il n’était pas supposé y en avoir non-plus! Musique ou pas, il n’ y avait pas de femmes ici qui me ressemblaient et qui avait un succès sur qui je pouvais m’inspirer. Je me suis donc tournée vers la culture américaine, comme bien des gens d’ailleurs, mais je commence à réaliser que c’était peut-être une erreur parce que lorsqu’il est venu le temps de foncer à l’américaine ça ne marchait pas et à chaque fois que ces gens parlent des noirs, c’était avec une insulte cachée, des micro agressions et ils se comprennent entre eux avec cet air hautain de «supériorité» qu’on se lasse à la longue, surtout quand tu finis par découvrir comment ils prennent leur Énergie…dans le Noir mais chuuuut 🤫. Les Québécois aiment leur Satan. Que ce soit dans les nouvelles, dans les pubs ou émissions de télévision, c’était toujours la même approche redondante avec mépris. Pourtant, dans les fêtes ou dans les discussions, ils aiment bien la musique rap, le blues, le jazz ou le reggae, ils aiment pouvoir y danser. Ce n’est pas que danser c’est quelque chose qui appartient aux Noirs mais ça devient un énorme problème pour moi, si tu m’empêches de danser librement ou de faire de la musique, c’est louche. Il ne faut cependant plus déclarer que ce sont juste les Noirs qui sont des voleurs car les Blancs le sont tout autant…dans le Noir…mais chuuuut 🤫(=Équilibre). Si je comprends bien, ils aiment ça de loin mais il faudrait surtout pas que ça soit trop proche et si ça l’est, il faut le transférer à la blanche, parce que ça doit rester blanc. Je sais que la façon que je le dis semble ridicule mais cette façon d’opérer est justement super ridicule à bien y penser. J’ai détesté cette expérience et j’ai encore du ressentiment par rapport à cela. J’ai trouvé que c’était extrêmement radin, hypocrite, arrogant, voleur, méchant et raciste. Ça prouve que notre Énergie est en besoin, mais pourquoi la voler? Pourquoi la sacrifier ou en faire un rituel éternel d’humiliation ou encore pire se faire poursuivre (depuis la naissance) avec des petites marionnettes qui se sont trop identifiées à leur Nation? Si c’est sans honneur ou sans dignité, il est peut-être le temps de lâcher-prise. Moi qui suis née ici, je n’y trouve aucune fierté. Je suis seulement heureuse d’être humaine et enfant de Dieu. Ils m’ont déçu. C’est trop limité et comment s’ajuster à quelque chose d’aussi bas, fixe et homogène?

Je n’aime pas comment l’échange d’abus s’est faite. On a tous besoin l’un de l’autre mais ils ont amené cette fierté nationale à un autre niveau. Je ne sais pas si un jour je ferai la paix avec tout ça mais je ne les vois plus comme je les voyais avant et je crois que c’est une bonne affaire de pouvoir se détacher d’un système aussi toxique. Quand on est trop fier de quoi que ce soit et, que ce quelque chose ne représente qu’une infirme partie de qui nous sommes en réalité, on se perd en cours de route.

Le but c’est de s’admettre qu’on a tous besoin l’un de l’autre…sans abuser l’un de l’autre!

J’ai même dû laissé partir ce copain de 10 ans parce nous n’étions plus en alignement avec la nouvelle énergie et mes nouveaux rêves. C’est quand même le premier à m’avoir nommé DjFab et je ne savais pas encore qui j’étais et ne savais même pas que j’allais devenir DJ. Je me souviens aussi que je pouvais toujours danser avec lui et être libre, je n’ai plus retrouvé cela et par la suite, ce fut une longue et lente descente aux enfers. Par contre, je comprends que rien n’arrive pour rien, je devais expérimenter tout ce qui s’est passé, non seulement pour régler cette histoire de sacrifice, mais aussi pour mieux comprendre et décortiquer ce phénomène de racisme. J’ai maintenant la capacité de m’en détacher complètement pour me libérer de cette prison mentale.

Pendant longtemps, je pensais que je devais changer les gens et ouvrir leur esprit. Aujourd’hui, je préfère revenir à l’état d’indifférence par rapport à ce sujet, comme avant. Je me concentre sur la capacité de rester moi-même en toute confiance. Je ne veux pas m’ajuster à ce que le monde attend de moi parce que premièrement, je ne m’y retrouve pas en tant que personne et deuxièmement, la plupart des gens ne savent pas ce qu’ils veulent, ne s’aiment pas et ne sont même pas épanouis….so it’s a big no no for me, la barre est trop basse. How you gonna tell me how to live my life alors que tu es perdu ou encore pire, alors que ton cœur est impur? Le changement se fera seul, ça les encouragera à devenir authentiques et à foncer. C’est pas vrai que la couleur de ma peau va déterminer le genre de vie que je dois mener, c’est ridicule…à suivre!

Image Crédit: Pixabay

Pour me suivre sur les différentes plateformes, cliquez sur les liens suivants :

Youtube :     DJFabyola Radio TranscenDanSe

Instagram : DJ.Fabyola

Twitter :      DJFabyola

Vous pouvez aussi m’écrire au courriel: djfabyola@gmail.com

Je vous aime!

DJFabyola ♫♪

Tous droits réservés. © 2021 djfabyola.ca & Radio TranscendanSe

Copyright © 2021 djfabyola.ca & Radio TranscendanSe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s